Menu
Riad Dar L'Oussia - Essaouira
 

Riad Dar L'Oussia - Essaouira


La couleur pourpre, antique richesse d'Essaouira...


Essaouira est aujourd’hui une petite ville portuaire où il y a presque autant de touristes que de poissons. Cependant la cité de Mogador garde en mémoire les vestiges d’un passé qui remonte jusqu’à l’antiquité. En effet les romains avaient eux aussi un grand intérêt pour la région d'Essaouira, mais pour d'autres raisons que les vacanciers venus fouler le sable de ses plages et le pavé de sa médina...


Le Murex, coquillage dont on tire la pourpre
Le Murex, coquillage dont on tire la pourpre
Durant plusieurs siècles avant l’an 146 av. J.-C., la région d’Essaouira était alors une province de la monarchie Berbère composée uniquement de tribus nomades.
En cette année bouleversante, l’empire Romain était le plus puissant de tout le bassin méditerranéen. Après avoir provoqué et accablé leur plus grand ennemi durant les deux premières guerres puniques, les romains se méfiant d’une contre-attaque de la civilisation carthaginoise originaire du golf de Tunis, décident d’envahir la côte atlantique de l’actuel Royaume du Maroc. Une fois la région soumise, elle devient une province également tenue de soutenir matériellement l’empire.

Teinter l'habit des rois grâce à un coquillage...

Une fois en position sur le littoral, les romains commencèrent à y développer différentes industries. Outre l’utilisation du sel pour la dite salaison -servant à conserver les aliments, les viandes et les poissons- les romains y trouvèrent une ressource qui leur était chère : le murex.

Au large de l'actuelle Essaouira, immergeant à peine de l’océan, les îles renfermaient une ressource luxueuse pour les démocrates et généraux romains. En effet, sur cette amas rocheux propice à la prolifération de la faune et de la flore aquatiques, un animal appelé le murex s’y trouvait à profusion. Ce mollusque gastéropode couvert d'une coquille à fines épines était utilisé pour l’industrie de la pourpre. Découverte par les phéniciens, la teinte rouge violacé obtenue à partir de l'animal à l'issue d'une longue macération avait un coût de revient tel qu'elle fut d'office réservée aux étoffes des plus hauts dignitaires de l'empire, et des dirigeants de toutes les sociétés bordant le bassin méditerranéen. Plus tard et jusqu'à nos jours elle demeure la couleur des tenues portées par les cardinaux de l'église catholique romaine et anglicane.

Le pourpre a donné l'adjecfif "purpuraire" qualifiant à ce jour les îles de l'archipel d'Essaouira.

La raréfaction du coquillage vint à bout de cette technique antique, remplacée désormais par un colorant de synthèse, le murexide.

En l’an 42 ap. J.-C., l’empire décida d’annexer la région et d’en faire une province de la Mauritanie Tingitane, la région fut alors délaissée par les romains et l'industrie de la pourpre fit faillite. Au fil des siècles, Essaouira est passée du pourpre de Rome, à au bleu mythique qui lui va si bien.

Texte Alice
Photo Creative Commons
 
Source :
https://essaouira.madeinmedina.com/fr/article-essaouira-et-lindustrie-romaine-90.htm
Pigment pourpre obtenu du Murex
Pigment pourpre obtenu du Murex